Salut c’est Claire, écoute tu sais ce soir je rentre de la Bibliothèque nationale de France François Mitterrand. Tu sais le sentiment de soulagement parfois quand tu sors du boulot genre c’est bon t’as fait quelque chose aujourd’hui tu peux rentrer dîner genre chercher des séries télé pas trop machistes et tout ça. Alors tu sais sur le boulevard-là comment ça s’appelle Avenue de France bien sûr, alors oui il y a tu sais un de ces panneaux publicitaires et qu’est-ce que je vois – en fait tu sais ce jour-là j’avais lu le bouquin de Toni Morrison sur la blanchité et l’imaginaire littéraire c’est super d’ailleurs oui franchement ça vaut le coup et aussi cette critique de Marie-Jeanne sur ce livre de ce mec-là qui s’inquiète un petit peu de la « fin des hommes » ou genre les femmes qui n’aiment plus les hommes et qui écrit sur le viol sans se situer du tout dans le discours qu’il en fait, tu sais cette histoire de s’inquiéter que les hommes ne servent plus à rien, c’est un peu comme le livre de Hannah Rosin qui s’appelle comme ça d’ailleurs « The End of Men » sur les super-femmes qui travaillent et font quasiment tout à la maison et qui gardent un mec sur leur canapé qui ne peut rien faire parce qu’on a fermé les usines et qui est un peu déprimé et il faut un peu le comprendre. Oui enfin, donc je me retrouve face à cette affiche :

Et je suis genre mais enfin un NOUVEAU printemps de l’homme, genre putain ça fait un bail que je rêve que les hommes reprennent le pouvoir. Ensuite je vois bien sûr ce que c’est et je me dis, tu sais, c’est pas mal quand même, pour une fois une photo de mode où on ne voit pas de femmes quasiment nues, et un des mannequins est plutôt androgyne et il y a même un mec noir. Bon j’ai pas encore le temps de l’étudier vraiment puisque le pub change, tu sais le prochain affiche s’affiche, et c’est quoi à ton avis ? Eh ben :

C’est un pub du samu social avec l’image d’un mec avec les yeux creusés, et là encore je me dis, ben, c’est bien masculin toujours, un peu d’hyper-visibilité publicitaire pour les mecs, qu’est-ce que ça peut faire. Enfin, t’as cette image de l’acteur idéal de samu qui bien sûr pourrait être une femme aussi, mais quand même ça fait plus sérieux avec un mec un peu mal rasé genre héros urbain et quand même tu veux pas voir l’image d’une femme avec les cheveux hirsute genre super fatiguée pas bien maquillée. Alors s’affiche le troisième pub de ce panneau :

Et oui y a enfin une femme ! Enfin, une fille ! Enfin, c’est quoi c’est la princesse qu’il faut ou une espèce de rallonge de l’homme à même titre que les trois piques qui lui sortent de la main, tu sais une fille bien dans sa poche, enfin il la porte tu vois ? C’est l’affiche d’un film qui s’appelle Logan et si je me trompe pas Logan c’est bien cet espèce de mec-monstre qui porte la fille et il est écrit aussi « son heure est venue », ben oui, nous les filles on a besoin que Logan nous sauve de nous-mêmes enfin, it’s time quoi. Ou bien peut-être que Logan c’est la fille quand même, genre Lisbeth Salander… mais non mais tu sais elle ne se fait jamais portée par un mec, sauf quand elle une balle dans la tête et qu’elle a perdu conscience. Enfin, tu sais, haha. Bon je prends toutes ces affiches-là en photo genre me disant peut-être j’écris un petit texte là-dessus et je continue je traverse la rue George Balanchine et je prends ensuite le boulevard Vincent-Auriol et je marche un peu nase quand même tu sais, le retour à la réalité que j’avais pas vraiment quitté toute la journée et dans quelques minutes je tourne encore je prends la rue Libéral Bruant ensuite Edward Jenner, tu sais le chemin jusqu’à rue Michel Peter.

Bon voilà on s’appelle allez je t’embrasse